Je voudrais parler de mon Précis de Phytothérapie.

Principalement parce que je ne sais pas du tout de quoi parler, mais que j'ai envie tout de même de vous abreuver de mes douces et envoûtantes paroles avant de partir pour le pays de la choucroute en folie.

Donc.

C'est un petit livre formidable, que votre pharmacien vous propose avec vos médicaments comme pour vous faire un cadeau et qui coûte en fait 5 euros. Et le plus malin dans tout ça, c'est que le Précis de Phytothérapie n'est pas là pour vous enseigner comment fouiller les bacs de terreau pour trouver dans votre jardin sur balcon les péricarpes, rhizomes, pédoncules et autres mots grossiers censés réguler par miracle votre transit intestinal un peu perturbé, c'est vrai, depuis le cassoulet que tatie Yvonne vous a fait ce week-end. Non. Le PdP (c'est son p'tit nom, mais je vous préviens, il se vexe si vous l'appelez Jeannot) est plutôt là pour vous conseiller d'acheter telle ou telle boîte de gélules de - oh c'est étonnant - la même marque. Et je suppose que ce n'est pas vraiment dans un but philanthropique mais plutôt - j'ose, j'ai pas peur - commercial qu'on vous propose 5 plantes différentes pour soigner un pauvre petit excès d'acide urique (je tiens à que les affections que je citerai dans cet article sont toutes tirées non pas de mon cerveau dégénéré, mais de Jeannot) (oups).

Et l'effet vicieux du truc, c'est un peu comme l'incroyable précision avec laquelle l'astrologue de Télé Loisirs comprend et résoud les problèmes de chacun. Eh oui, c'est le formidable et ô combien utilisable "mal général" qu'on a tous un peu, comme certaines qualités dans lesquelles on se reconnaît tous. Hum, j'avoue qu'en m'auto-lisant, je ne me comprendrais pas trop alors j'explicite. Hop, ouvrons le "lexique des maux et propriétés médicinales des plantes" à la première page. Et là, horreur, je me découvre une incroyable personnalité hypocondriaque. Franchement, j'aurais bien besoin d'une giga soupe au gazon pour guérir ma régulière Acidité gastrique, mon inévitable Acné, mon intenable Angoisse, mon Anxiété, mon Asthme, mes Baisses de moral, mes Cauchemars, ma Cellulite (bon là j'avoue je suis page 2 mais comme ça marche, je continue), ma Chute de cheveux, mes Crampes d'estomac, ma Déprime, bref j'arrête là, je crois qu'il est maintenant évident que soit je suis l'accumulation vivante du plus grand nombre de maux de l'humanité, soit ce laboratoire cherche à me faire braire pour mieux me gaver de foin (je vous informe que je vais déposer un copyright sur cette expression).

Bon, maintenant que j'ai défoulé mon neurone (eh, on est en août) sur un sujet dont je n'ai pas grand-chose à faire, je tiens à terminer ce puissant brûlot (deux questions : 1- un brûlot, est-ce nécessairement un livre? 2- il est bien sur le "u", l'accent?) en vous livrant les propriétés du gingembre (qui vont m'apporter des requêtes google dignes de doctissimo) :
Fatigue sexuelle, impuissance, asthénie (pour ceux qui auraient la flemme d'aller voir sur wikipédia, ça veut dire "fatigue physique générale, et par extension psychique, intellectuelle ou touchant la libido") et le dernier mais pas le plus compréhensible : mal des transports. Ce qui est cool, quand même, allez hop, deux-trois kilos de gingembre et vous pourrez, comme tout le monde, avoir une vie sexuelle épanouie dans un train en marche (non, je n'ai pas écrit ce que je viens d'écrire).

C'était la pensée de jour et, accessoirement, celle sur laquelle je vais vous laisser une semaine. Tout à fait.